top of page
Rechercher

L'hypnose et les enfants

Je démêle pour toi ce qui est vrai et faux.



L’hypnose chez les enfants est impossible. FAUX


Au contraire ! Les enfants débordent d’imagination. Et, c'est exactement le travail que l’on fait avec l’hypnose, par le biais d’histoire.


L’hypnose ne peut pas changer un comportement chez un enfant. FAUX


Dans la mesure où l’enfant, veuille modifier son comportement. Un parent qui conduit son enfant à une séance d’hypnose en disant “Changez le comportement de mon enfant” n’est pas garant de la réussite. L’enfant est la personne assis dans le fauteuil de la transformation et cette transformation s’opérera si le client le veut bien, c'est-à-dire celui assis dans le fauteuil 🙂



Les deux clefs avec les enfants, c'est qu’il soit volontaire et capable d’exprimer son besoin de changer.


Les enfants en bas âge ne peuvent pas bénéficier d’une séance d’hypnose. VRAI et FAUX


Si un enfant de quatre ans est capable d’exprimer qu’il a peur des chiens et qu’il souhaite être capable de s’approcher d’un animal pour le flatter, par exemple, alors il peut bénéficier de l’hypnose.

En général, l’âge moyen est autour de six ans.


L’hypnose peut contribuer à arrêter les fameux pipis au lit. VRAI


Tout à fait ! J’en ai accompagné des masses. L’hypnose peut reprogrammer l’enfant pour qu’il se réveille au sec, retrouver sa fierté et sa confiance par le fait même. Et, aller dormir chez un copain en toute quiétude.


L’hypnose peut apporter plus de calme chez un enfant. VRAI


Oh oui ! L’anxiété, les peurs, les inquiétudes, les doutes qui prennent trop de place peuvent grandement être diminués en modifiant le comportement qui nourrit l’anxiété. Nous avons tous des doutes, des inquiétudes à un moment ou à un autre dans notre vie. Apprendre à ne pas les laisser prendre toute la place, c’est possible avec l’hypnose.


Les parents nuisent à la séance d’hypnose par leur présence. VRAI et FAUX


Ça dépend des enfants, des parents et des situations.

Parfois, un enfant sera plus à l’aise de ce laisser-aller sans d’autres yeux portés sur lui.

Parfois, il sera rassuré de savoir son parent présent.

Parfois, les parents parlent à la place de l’enfant et ce qu’ils perçoivent n’est pas ce que l’enfant vit, donc la séance est biaisée,

Parfois, la situation que le petit client vit est en lien avec un parent.


Par exemple, un enfant avait un “mauvais” comportement à la maison. L’un des parents accompagne leur enfant en hypnose pour modifier ses réactions vives et négatives. À la suite de la première séance, je sens qu’il y a un sous sujet. Je demande donc au parent et à l’enfant, s’ils acceptent que la rencontre se déroule sans le parent. C’est alors que l’enfant me raconte que son parent est toujours sur son cellulaire. Qu’il ne fait jamais d’activité avec lui, qu’il se fout quand il raconte sa journée… voilà la perception de l’enfant et il cherche l’attention en provoquant !


L’hypnose pour enfant mode d’emploi


Les séances avec un enfant sont un peu différentes qu’avec un adulte. Chez les enfants, l’attention, la concentration, rester assis peut être un défi.

Comme chez certains adultes d'ailleurs.😉


En plus, d’être devant un adulte inconnu peut être intimidant, déstabilisant, insécurisant.

Dans une première rencontre avec un enfant, le parent assiste généralement en entier à cette séance. Sauf dans de rares exceptions où l’enfant a souhaité terminer l’expérience sans son parent.

Ce qui est moins rare à la seconde séance, où habituellement le parent n’accompagne pas son jeune, dépendant de l’âge.


Cette première rencontre, est le moment d’expliquer ce qui vous amène à venir consulter. C'est la partie dans laquelle je discute avec le parent pendant que l’enfant observe l’environnement du bureau et tout ce qui s’y trouve. Après ou durant cet échange, je me tourne vers l’enfant pour vérifier ce qu’il en pense, s'il a la même version. Il n'est pas rare d'entendre la version s'approfondir au fur et à mesure que la confiance s'installe et que l'enfant est libre de s'exprimer sans retenu ni jugement.


Parfois, certains détails pertinents, pour comprendre le comportement, ne sont pas transmis durant l’échange. Souvent parce que le parent a jugé sans importance ce bout d’histoire ou il a seulement oublié. Dans un cerveau en construction, particulièrement à l’enfance où le rêve et le réel sont séparés par une ligne mince, un détail peut avoir tout déclenché.


D’ailleurs, j'en profite pour spécifier que pour l’inconscient, aucune différence n'existe entre la réalité et ce qu’il perçoit comme réel. Ce qui peut expliquer que certains comportements paraissent démesurés, farfelus, exagérés pour la famille, les amis.


Dans toutes les situations dans lesquelles tu fais fasse à une réalité qui te rend impatient, inconfortable, je t’invite à te questionner et à nommer ce que tu ressens. Apprendre à décrire ses émotions permet de savoir comment vivre et réagir avec ce que tu vis, mais également à adapter ta réaction à ce que ton enfant vit comme émotions.


Si tu sens le besoin d’être accompagné pour être plus présent avec ton enfant, prends ce temps pour entreprendre une rencontre avec un thérapeute. Je te laisse le lien vers mes services.


Je te reparlerai bientôt du monde merveilleux des émotions.


Je suis Véronique Martel 💜💫

Naturothérapeute praticienne hypnose HYCIE

Praticienne Access Bars

Enseignante de yoga, méditation pleine conscience pour enfant.


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Quelle est la recette du bonheur ?

“Le bonheur est dans les petites choses” presque tout le monde a déjà dit ça ! Mais, qu’est-ce que ça veut vraiment dire ?

bottom of page